Good-Bye Cellulite

7 09 2008

Durant la Fashion week de Miami, Nivea s’est accolée à la promotion de la ligne de maillots de bain de Shay Todd, pour promouvoir à son tour son produit miracle anti-cellulite … Pour l’événement, l’agence new-yorkaise TBWA a imaginé ce canapé dit « de démonstration », mettant en avant les effets « avant », avec les capitons, et « après » l’application du produit. Bien joué !

Good-Bye Cellulite

Good-Bye Cellulite

Publicités




Une seconde jeunesse pour le bouillon

30 08 2008

Cent ans que ce produit n’avait pas connu d’innovation ! Knorr a décidé de réveiller le marché des bouillons, étale depuis trois ans malgré la progression continue de la famille des aides culinaires. Début octobre, la marque lancera une nouvelle génération, baptisée la Marmite de bouillon, qui sera portée à la fois par des recettes inédites et un conditionnement original. Coût moyen estimé : 2,19 €.





Quel marketing pour le Bic Phone ?

13 07 2008

A l’heure où tous les regards de la téléphonie mobile sont portés vers l’iPhone 3G, et ses 219 000 000 de résultats sur google (pour un produit qui n’existe que depuis 9 mois, ça doit être un record, non ?!) je souhaitais vous parler d’une marque qui est d’ores et déjà un cas d’école en marketing, et qui pointe à nouveau le bout de son stylo… nez : Bic !

La société française Bic, fondée en 1944, est réputée pour sa papeterie, mais elle s’est diversifiée de manière inattendue à plusieurs reprises, avec notamment des rasoirs, des briquets. Bic est un exemple probant d’une réussite de diversification d’activités, la marque commercialise aujourd’hui ses produits dans plus de 160 pays et a réalisé en 2007 un chiffre d’affaires de 1 456,1 millions d’euros.

Le seul échec cuisant connu fut celui du lancement d’une gamme de parfum : Vers 1988, Bic tente de pénétrer dans le marché de la parfumerie, en vendant des petites bouteilles de parfum, dans les débits de tabac, ce fut un échec, essentiellement dû au fait que l’image du luxe et de la séduction, liée aux parfums ne va pas de pair avec les produits jetables, les parfums furent retirés en 1991.

Les produits Bic qui marchent (un stylo bic est même presque devenu un nom commun !) ont donc souvent un rapport une utilisation simple et courte. Et même si le coeur de métier de Bic reste la papeterie, pour des raisons historiques, la vision et la perception de la marque est devenue le « jetable« , notion extensible à de nombreux produits (avec déjà le rasoir et le briquet en plus du stylo). C’est donc également dans cette optique qu’Orange et Bic viennent d’annoncer (le 11 juillet) la sortie en aôut prochaine du BicPhone.



Ce téléphone se positionne sur un segment bien identifié par la plupart des opérateurs de téléphone : le mobile ultra simple, qui ne sert qu’à appeler. Je trouve que l’association entre Orange et Bic est idéale à cet effet. Il y a pour moi plusieurs axes à creuser dans leur communication :

Les très jeunes (10 – 12 ans), dont c’est le premier téléphone et dont les parents ne veulent pas débourser une fortune dans le mobile et dans le forfait.
Les jeunes (16 – 25 ans), pro ou pas, qui aimerait avoir d’un deuxième téléphone qui ne risque rien (pour avoir un second numéro, un peu comme la seconde adresse mail, moins importante)
Les séniors qui ne veulent pas avoir un téléphone trop perfectionné (60 ans et +), et qui ont juste besoin d’appeler, qui veulent pourquoi pas résilier leur numéro de téléphone fixe dont l’abonnement est devenu trop cher.
Tout public, aux moyens restreints attiré par le faible coût du téléphone.

Coté produit, le téléphone sera disponible à son lancement en deux coloris (orange et vert), il sera commercialisé à partir du 7 août prochain pour un prix de 49 €, il sera vendu déja chargé et accompagné d’un numéro et d’une carte sim créditée de 60 minutes (rechargeable via mobicarte). Il ne s’agit pas d’un téléphone jetable mais bien d’un mobile facile d’emploi, peu coûteux et accessible au plus grand nombre.

A noter que les téléphones portables jetable sont monnaie courante aux états unis, et pourtant inexistants dans l’hexagone. Le Bic Phone est-il tout de même un premier pas vers la mobilité jetable ?

En tout cas, je suis curieuse de connaître le marketing et de voir la communication autour de ce nouveau mobile… et vous, que feriez-vous pour promouvoir ce mobile ?! Quel avenir pour ce téléphone qui n’est pas « jetable » mais plutôt positionné sur une utilisation ultra simple d’un mobile ? Nouvelle réussite ou second échec pour Bic ? L’avenir nous le dira !





Etude du cas Phildar

12 07 2008

I.    Historique de la marque

– Dates clés :
1903 : Mulliez fonde une entreprise type artisanal à Roubaix qui négocie et travaille le fil de      laine
1943 : Création de la société « Les Fils de Louis Mulliez »
1946 : la marque Phildar est déposée. Désormais la collection Phildar est distribuée dans les      magasins spécialisés en fil à tricoter.
1956 – 1980 : L’enseigne se développe en franchise, avec un concept 100% fil à tricoter
1958 : commercialisation de chaussettes et de collants
1970 : Phildar s’exporte dans de nouveaux pays : Canada, Scandinavie…
1989 : La lingerie et la maille font leur apparition dans plusieurs centaines de points de vente
1992 : lancement du concept lingerie
1993 : L’entreprise se spécialise dans la commercialisation et arrête la production.
1994 : Phildar recentre sa stratégie de distribution en retenant trois produits majeurs : les pulls (complément du prêt à porter), le fil à tricoter et la lingerie
1997 : rachat d’un de leur concurrent Pingouin
1999 : lancement de la marque Aquarelle

La marque Phildar – du groupe Mulliez – se lance en franchise à partir de la fin des année 50. L’enseigne se développe rapidement, en installant ses petites unités spécialisées dans la distribution de fil-à-tricoter.
En France, on a dénombré jusqu’à 2000 boutiques, dont beaucoup situées en province ou dans des bourgs de village et de petite taille. La distribution était donc majoritairement centrée sur le fil à tricoter.
Mais, même si de 1956 à 1980, tricoter faisait faire des économies, l’arrivée de chaînes de vêtements accessibles et le travail des femmes ont changé la donne. Aussi, le marché a fortement décliné jusqu’à connaître une période de récession jusqu’en 2004-2005.  C’est pourquoi, Phildar a du revoir son activité pour garder une place sur le marché. Peu à peu, la direction a donc introduit des pièces toutes faites. Aujourd’hui, Phildar est l’un des plus anciens et des plus importants réseaux de franchise en France.
Lire le reste de cette entrée »





Lancement du produit Easy Clean

28 06 2008

I-    Présentation du produit : Easy Clean par MAPA SPONTEX

– Descriptif du produit :

Le groupe MAPA SPONTEX a décidé de lancer un gant de vaisselle « 3 en 1 » qui s’appellera EASY CLEAN. Le produit est réalisé directement dans les usines MAPA.

Le lancement d’Easy Clean est prévu pour début Février 2009.

– Positionnement :

Le gant Easy Clean allie innovation et praticité pour faire de la vaisselle une « corvée facile, ludique, rapide et branchée »

– Choix du segment de marché pour Easy Clean :

Le gant de vaisselle MAPA va se positionner sur le marché du gant de vaisselle. En effet, notre produit est avant tout une innovation gant, doté de caractéristiques supplémentaires telles que l’éponge et le produit vaisselle.

–    Marché Global : Les produits ménagers
–    Marché de référence : Les produits utilisés pour faire la vaisselle
Segment de l’offre ciblée : Les gants de vaisselle

– Cible marketing :

Les femmes âgées de 30 à 40 ans, CSP +, urbaines, célibataires ou en couple avec ou sans enfant en bas âge.
Lire le reste de cette entrée »





Etude du cas Quicksilver

14 06 2008

I.    Historique de la marque

L’aventure Quiksilver commence en 1969 à Torquay, une petite ville de la côte sud de l’Australie où le surf est implanté depuis quelques années. C’est là que le surfeur local  Alan Green a l’idée de fabriquer des maillots de bain spécifiques à la pratique du surf.

Il commence par mettre au point quelques modèles, puis s’attaque aux combinaisons de plongée. Il est vite rejoint par son ami John Law et fondent en 1973 une entreprise baptisée Quiksilver, avec le secret espoir de pouvoir vendre leur production dans le monde entier.
En 1976, la marque commence à exporter aux Etats Unis grâce au surfeur américain Jeff Hackman. Il crée ainsi la branche américaine de Quiksilver avec Bob McKnight qui dix ans plus tard fera son apparition sur le marché financier après un succès fulgurant. C’est ainsi que tout naturellement la marque s’installe en France et plus particulièrement sur la côte basque, à St Jean de Luz, en 1984.

Lire le reste de cette entrée »





Pas d’Axe, pas de chocolat !

30 04 2008

Deux articles du dimanche pour le prix d’un ! Axe met ici en exergue son produit Dark Temptation par (comme d’habitude) un spot original et bien réalisé. Le concept est toujours le même : avec Axe, vous plairez aux femmes. Cette fois, c’est en devenant un homme chocolat que la gente féminine ne vous lachera plus !

Et pourquoi changer une équipe qui gagne ? Après ce spot teasing, nous verrons apparaitre la gamme chez vos revendeurs préférés.